Décryptage et Revalorisation de L'Art de L’Écu, de La Chevalerie et du Haut Langage Poétique en Héraldique. Courtoisie, Discipline, Raffinement de La Conscience, état de Vigilance et Intention d'Unicité en La Fraternité d'un Nouveau Monde !

Est-il un Signe qui n'ait pas sa dimension en Sa Profonde Cohérence, cherchant Le Sens à L'Essence ? Est-il un Signe qui n'ait pas son Écho dans L'Indicible ? Est-il un Seul Langage qui n'ait pas Sa dimension Sacrée et révélateur des Réalités occultées ? En ce Souffle que se veut presque recueillir le Blason, s'enveloppant, tout en proclamant, fleurissent mille et une Parures, puisant dans L'Êtreté, Noblesse celée et décelée. En ce cœur du Bouclier, mille essences, lors que Le Chevalier vêt L'Armure et L’Épée. Rituel et Quintessence en cet Art de La Connaissance que brandit La Torche enflammée, L’Éclat des Vertus Conquises et que l'on se veut protéger ! Aspiration d'une Renaissance Lumineuse en un Art de Vie oubliée, La Nouvelle Héraldie est à reconquérir cette Beauté que La Chevalerie a porté très Haut, au delà de ce que nous sommes encore en mesure d'imaginer. Le voyage se poursuit...

mardi 23 janvier 2018

De la chute d'une tartine beurrée


 
Blason de Nikola IV Frankopan (1360-1432), Croatie-Dalmatie

L'on raconte cette histoire : un fou s'était beurré
Une tartine qu'une maladresse fit tomber à terre,
Mais à l'endroit ! Ce constatant, il est demeuré
Perplexe et se voulut éclairer ce mystère.

Il s'en remit à un docte ami qui lui dit :
« Reviens demain, je te donnerai la réponse. »
L'homme, qui était une vivante encyclopédie,
Se pencha aussitôt sur la question absconse.

Le lendemain, il apporta la solution,
Déclarant, sans inutiles circonlocutions :
  « La chose est inhabituelle, mais point si rare

Qu'on le peut penser ; bref, sans vouloir ergoter :
Tu as beurré ta tartine du mauvais côté,
Tout simplement ; il n'y a là rien de bizarre. »

Marc

dimanche 21 janvier 2018

Larmes


Blason de Sotchi (Russie)

                             Les Larmes ont parcouru des milliers d'années lumière
                             Et suintent du cœur éploré des Sources de L'Abondance
                             Des Silences aux Vibrations du Ciel des Anges
                             Lors que L'Enfant se laisse bercer des Amours de Leur Présence.
                             Des Touches de légèreté sur le sol des rosées
                             Étincelance des Joies qui ne sont pas perdues.
                             Des Larmes de La Puissance et des Larmes de L'Or
                             A La Bouche des Cieux qui sont à rafraîchir Les Yeux.
                             Des Gestes Larges de L'Amour, Tout rayonne de Ton Argenté !
                             Chaque moment est une Larme de Sa Réjouissance.
                             Oh ! Du coeur qui se serre des poitrines de Sa Chaleur !
                             Ô Azurée des Nues qui se visitent en ces Vignes écarlates
                             Des Pudeurs et des pourpres des pétales de tous joyaux.
                             Ce sont Lunes et Soleils de La Passion Universelle.
                             Les yeux fécondent les semences de L'Instant.
                             Ni Passé, ni Futur, ni même Présent, mais Echo !
                             Éternité du Silence qui éclot en ce centre des infinitudes.
                             Toi ! L'Unique de Ta Joie déployée en L'Arborescence !
                             Toi ! Unité en La Rencontre, et il n'est que cette Rencontre !
                             Toi ! Bien-Aimé des Larmes qui épousent le tapis de Ton Appel !

Océan sans rivage

Le Bouleau


Blason de Besenbüren (Suisse) 

Au Mystère des Arbres nous avons été appelé.
L'enfance sauvage galopait allègrement,
Des nattes au vent, jusqu'aux bois exhalés,
Des Appels que les champs murmurent doucement.

À un Bouleau frémissant du Silence poignant
Les petits bras s'agrippent et vont jusqu'aux branches
Qui se tendent vers Le Vent des cimes blanches.
L'enfant attend et se suspend au Temps étreignant.

Le Bouleau se met à parler des lointaines rives
Et L'enfant sait que l'arbre est à vibrer d'Amour.
Le Cœur alors, de L'Echo, devient son convive.

Il s'exclame : je reviendrai bientôt, c'est une Promesse,
Et je jouerai avec les feuilles et je danserai autour,
Et nous rirons des souvenirs et de toutes nos liesses !

Océan sans rivage

Lire aussi

                             Sagesse du Bouleau               Le bouleau en héraldique

Les charmes du matin


Drapeau de l'Oblast de Donetzk (Ukraine)

La soirée au matin termina en exode,
Chassés par le soleil, et ses rires bruyants
Sur les bords de la Seine où ses reflets brillants
Attisaient nos désirs d’un charnel épisode.

Dans l’aube, encor ravis des plaisirs à la mode
Nos pas légers captaient dans les regards fuyants
Des passants l’attention de leurs pas ennuyants.
Alors qu’ils sommeillaient la nuit t’offrit son ode !

Et mut dans son tumulte aux décors envoûtants
Ta douce silhouette aux charmes déroutants
Qui me fit te poursuivre au-delà de la fête,

Rêverie éphémère où s’écoula l’instant,
Entre nos doigts poreux, d’un souffle inexistant,
Jusqu’au jour qui figea notre extase parfaite.

Florian

Profondeurs


Blason de Shchelkovo (Oblast de Moscou, Russie)

Je n’avais pas compté combien de petits verres
Derrière ma cravate avaient dégringolé.
Mon surmoi, ce soir-là, semblait s’être envolé,
Tout s’était arrêté, autour de moi, sur Terre.

J’étais en harmonie avec l’élémentaire
Réalité du monde, et j’avais immolé
Mon fier cartésianisme au rêve bariolé
Qui dansait devant moi, furtif et planétaire.

Ce n’était pas l’état qui se nomme l’éveil,
C’était encore moins un instant de sommeil,
C’était l’avènement de la pensée sans thème.

Mais il ne reste rien de cet étrange instant,
Pas un vestige en moi de ce soir envoûtant,
Pas une attestation, si ce n’est ce poème.

Cochonfucius

samedi 20 janvier 2018

Petite flamme


Drapeau de Tchapaïevsk (Oblast de Samara, Russie)

Il pleut sur les toits de L'Auvergne silencieuse. Des médiévales pierres sur lesquelles les nuages passent comme en langueur de silence. Il pleut sur les nostalgies que jamais la tristesse ne vainc, car, le Silence est Crucialité du Présent. Demain n'a jamais été, ni hier ne sera, puisque tout est en ce point notre visite perpétuelle et Le Rêve est une Question sans fin. Des petits sentiers aux ruisseaux solitaires et L'Alchimie des combustions du corps en tous leurs états. Il pleut sur le cœur des petits clapotis de semences d'indicibles Reconnaissances. Je marche des amours de ma faim, et je bois des soifs de mon aspiration. Le Parfum est Les Volutes du cœur qui s'envolent en une ronde verticale. L'Oiseau traverse le Ciel du Silence et les yeux s'accrochent à ses ailes. Comme chaque seconde se féconde de Toi ! La petite flamme me parle du bruit que je ne fais pas, et sais-tu ce qu'est une Révérence ? La petite flamme s'incline au souffle de mon imperceptible regard. Sais-tu que la flamme s'anime de ma présence : elle danse de Joie !

Océan sans rivage

Saint-Sébastien en héraldique


Le 20 janvier, les archers fêtent leur patron : Saint-Sébastien, un chrétien qui vécut au début du IVe siècle et dont la légende dorée raconte qu'il fut nommé chef de la première cohorte par les empereurs Maximien et Dioclétien, une fonction qu'il accepta pour mieux aider ses frères chrétiens persécutés. Dioclétien le fit attacher à un arbre et le condamna à être percé de flèches. Laissé pour mort, il fut recueilli et par des femmes, dont Sainte-Irène.

À la saint Sébastien


Blason de la municipalité de Morsleben (Saxe-Anhalt, Allemagne)

Le vingt janvier, les archers fêtent leur saint patron,
Ainsi que les armuriers et même les athlètes.
L'hiver reprend ou se casse les dents, le dicton
Est formel, quoique devenu bien obsolète

En ces temps où le dérèglement des saisons
Suit la courbe de la générale déliquescence,
Quand le bon sens cède sous le poids de la raison
Marchande nourrie par la commune concupiscence.

Écoute, archer : c'est ton esprit qu'il faut bander ;
Poses-y ton intention comme on le fait d'une flèche ;
Quand ta foi sera pure, sans plus la moindre brèche,

Et que ton âme unifiée n'est plus commandée
Par les émotions, tu peux décocher sans crainte :
Le trait se plante dans une cible déjà atteinte.

L'Abbé Théophile

Petite Bowie


Blason de Sharya (Russie)

                                         Ô Douceur depuis Hong Kong,
                                         Des rives qui voient jaillir,
                                         Du Mystère de L’Amour,
                                         Les effluves de Ton Cœur.
                                         Je prie pour la paix de Ton Âme.
                                         Des étincelles de Ton Corps,
                                         Tu as désiré reposer en cette Terre de France.
                                         En ce chérissement sacré de Ton Compagnon.
                                         Il Te pleure, il Te pleure encore, celui qui T’aime,
                                         Il T’aime de L’Amour qui vient de Toi.
                                         Cette Lumière qui tremble de Ton Absence.
                                         Révérence, petite Bowie des larmes fleuries sur la tombe.

Océan sans rivage

Voir aussi sur La profondeur

vendredi 19 janvier 2018

La Voix


Blason de Fourmanov (Russie)

                                                     Une Voix,
                                                     J'ai entendu une voix,
                                                     Qui gémit à peine,
                                                     Car elle est lointaine.

                                                     Une voix,
                                                     Qui me tire par les bras.
                                                     Je la sens dans mon cœur,
                                                     Et je fais quelque pas,
                                                     Mais en vain,
                                                     Car elle est loin.
                                                     Toujours loin... Loin...
                                                     Dans le destin
                                                     Il faudrait tourner la page,
                                                     Et trouver une autre image,
                                                     Saisir le chagrin,
                                                     Chagrin d'espoir et de vaillance.

                                                     Une Voix,
                                                     J'ai entendu une Voix,
                                                     Mourante et douloureuse,
                                                     En mon cœur qui bat.
                                                     Elle est loin... Loin...
                                                     Prisonnière en moi.

                                                     Oh mon Dieu, que je suis triste !
                                                     Que je suis triste !
                                                     Mais je ne sais pourquoi.
                                                     Pourquoi ?

                                                     Une Voix,
                                                     J'ai entendu cette Voix.

Océan sans rivage (Écrits de jeunesse, 11 ans)

*   *   *

Symbolique du Blason : Le bouclier, divisé au milieu par le rouge et l'azur, rappelle allégoriquement l'ancien nom de la ville. Le livre et le flambeau sont des symboles reliant la ville au nom de l'écrivain D.A Fourmanov. En outre, une torche enflammée est le symbole d'une source de lumière, et un livre ouvert est un symbole du désir de la connaissance, de l'illumination. La région d'Ivanovo a toujours été considérée comme le centre de production de tissus en Russie. Une ceinture d'argent ondulée, comme un ruban de tissu gigantesque, symbolise l'industrie textile de la ville et du quartier. La couleur rouge est un symbole de courage, de détermination, de diligence, puissance et beauté affirmant la vie. Azur est un symbole de la pureté des pensées, de l'honneur, de la dévotion, de la vérité et de la vertu. L'or en héraldique est un symbole de richesse, de récolte, de respect, d'intelligence, de stabilité. L'argent est un symbole de paix, de compréhension mutuelle, de pureté.

Les Allégories du Jardin - Le recueil


Blason de la ville de Beseda (Oblast de Leningrad, Russie)

Une allégorie (du grec állon, « autre chose », et agoreúein, « parler en public ») est une forme de représentation indirecte qui emploie une chose (une personne, un être animé ou inanimé, une action) comme signe d'une autre chose, cette dernière étant souvent une idée abstraite ou une notion morale difficile à représenter directement. Apparu au XIIIe siècle, à l'époque du Roman de la Rose en France, Révélations des secrets des oiseaux et des fleurs constitue l'une des expressions les plus élaborées de l'enseignement traditionnel soufi. L'auteur, Izzidin Al-Muqaddasi, était un poète et homme de lettres d'origine arabe.

Les Allégories du Jardin nous font visiter le Monde Imaginal et nous enseignent, à travers une invitation au regard en soi-même, que Tout est en tout (et inversement). Ainsi, en s'éveillant à cette « autre chose », l'âme visite en réalité son jardin intérieur.

jeudi 18 janvier 2018

Le Pays de Lyla


Blason de Chelm (Pologne)


          En un Pays lointain, au milieu d'un hiver glacial, se tenait une âme candide et pure. Elle n'avait du monde que peu de connaissances. On l'avait placée en ce refuge alors qu'elle tenait à peine sur ses jambes. Elle n'avait ni père, ni mère. Tous deux avaient péri au cours d'une avalanche. Les montagnes se rappellent encore de ce malheur qui survint lors d'une secousse effroyable. La Terre s'était ébranlée, lors que des fleuves souterrains avaient soudain rugi de fureur. La jeune fille avait grandi seule parmi les bêtes les plus extraordinaires. Du monde invisible, elles avaient trouvé une issue et venaient apporter à notre héroïne les mets les plus savoureux. Elle s’étonnait de les voir venir à elle les bras chargés de si somptueux victuailles. Ces bêtes, n'étaient pas si bêtes dans le fond. Elles avaient des allures un peu exotiques, un peu hors d'ici. Elles semblaient parfois épouser les couleurs du paysage. La jeune fille restait souvent assise, au bord de la fenêtre, les guettant. Quand elles finissaient par apparaître, elle riait, et ses dents étincelaient de bonheur. Elle se souvient avoir souvent dressé une table pour ses fidèles amis. Ils ne venaient jamais avec les mêmes costumes. Parfois, ils lui montraient un miroir magique et ils se transformaient en oiseaux du paradis, en lièvres géants, en dauphins où même en immenses éléphants, des mammouths sans doute. Ils lui apprenaient tous les noms. Dans ce miroir, ils lui faisaient découvrir des contrées mystérieuses où le ciel flotte par terre, tandis que les nuages parcourent les chemins des plus grandes forêts du monde. La jeune fille avait grandi et aimait courir dans les prairies, lorsque la neige daignait s'évanouir et former une boue qui la surprenait toujours. On lui donna un nom : Lyla. Elle trouvait que ses compagnons étaient magnifiques. Elle n'avait aucune mesure de comparaison, mais, en son for intérieur, elle le sentait ainsi. La neige avait épaissi le paysage sans fin, et il arrivait que ses amis tardaient à la visiter. Lyla devenait alors mélancolique et les appelait au cœur de la nuit. Le couloir féerique ne s'ouvrait pas. Elle en était vraiment affligée. Il faisait heureusement bien chaud dans la petite maison perdue dans la neige. Une cheminée brûlait sans cesse, et le bois ne semblait jamais se consumer. Lyla ne savait pas que cela tenait du miracle, car, elle ne savait rien du monde des hommes.

Armoiries de Ust-Janski ulus (Yakoutie, Russie)

          Un jour, n'en pouvant plus, elle se vêtit chaudement et sortit faire quelques pas dans la neige. Le vent s'était apaisé, et au loin un corbeau volait comme pour déchirer la blancheur de la campagne. Elle marcha vite, soudainement prise d'une sorte de frénésie : elle voulait connaître les lointaines rives du monde inconnu. Elle n'avait pas peur. Comment aurait-elle pu connaître la peur ? Tout était doux à son cœur de candeur. Pourtant, elle ne prit pas garde, car la nuit la surprit, et elle avait de plus en plus froid. Son petit cœur cognait fort tout contre sa poitrine. Elle rebroussa chemin. Lyla s'ébahit du chapeau d'étoiles qui dansait au dessus d'elle. Le Ciel était si clair dans la nuit hivernale. C'est alors qu'elle entendit un bruit sourd. Quelque chose respirait très fort. Lyla crut que ses amis venaient à elle. Or, il n'en était rien. Soudain, face à elle, se dressait un énorme ours. Il semblait tout étonné de se retrouver devant la jeune fille. Il se dressa alors sur ses pattes et commença à se dandiner. Lyla ne put s'empêcher de rire. L'Ours s'arrêta tout net. Il n'avait jamais entendu de rire humain, et encore moins celui d'une jeune fille. Il la regarda avec beaucoup de surprise. Elle s'élança vers lui, le plus naturellement du monde, et l'enlaça de ses petits bras. L'Ours se sentit tout drôle. Son cœur se mit à battre très fort. La jeune fille lui parlait tout bas et lui manifesta la plus surprenante des tendresses. Que faire face à cela ? L'Ours comprit qu'il n'était pas un ours pour elle. Il ne sut plus vraiment qui il était. Lyla finit par s'endormir tout contre sa poitrine, alanguie par la chaleur de la bête. Que fit notre animal ? Il fut vaincu aussi par le sommeil, et dans un petit grognement, enveloppa délicatement la jeune fille de ses pattes et se laissa aller à ce bien-être.

Océan sans rivage



Lire aussi



D'une volaille peu volatile


Blason d'Égreville (Seine-et-Marne, Ile-de-France)

Coupé : au 1) parti palé d'argent et de gueules de six pièces et d'azur à une aigle
contournée et couronnée d'or 2) de gueules à une poule d'argent membrée de carnation.


Quoique jouissant du statut d'oiseau et de volaille,
La poule est en vérité fort peu volatile ;
Un mur est à sa portée mais point la muraille.
Elle est peu expansive, rarement volubile ;

L'on glousse le nécessaire d'un œuf bien pondu ;
Il est bien assez du tintamarre des pintades
Ou des oies cancanantes à la langue trop pendue,
Quand le dindon n'en est de ses fanfaronnades.

Certaines poules sont caqueteuses, il faut l'admettre ;
Elles sont de leur bêtise le sûr baromètre ;
La commère est, dit-on, un genre universel.

Mais toutes ne sont pas ainsi, l'on s'en félicite ;
Souviens-toi des naines auxquelles nous rendions visite,
Et du coq, à leurs côtés, presque maternel...


La poule aime s'aller jucher sur un perchoir
Et y dormir, la tête enfoncée dans ses plumes.
Par fortes chaleurs, elle s'attarde en son nichoir
Ou va prendre un bain de terre, curieuse coutume

Qui consiste à creuser un trou dans le sol
Pour y trouver un peu de fraîcheur bienfaisante.
Si elle admire la nage des canards ou l'envol
Des colombes, sa condition lui est suffisante,

Pourvu d'avoir de la bonne herbe à brouter
Et du grain de tendre froment à picorer.
S'il lui arrive de partir en vagabondage,

C'est sans trop jamais s'éloigner du poulailler
Car quelque goupil se pourrait bien tournoyer
Autour de la ferme dont il ferait le sondage.

Marc

Lire aussi

Splendeur de Maître Coq


Composition de l'auteur

Pour lui, la basse-cour est une vaste plaine ;
Le Seigneur Coq médite, en son fief isolé,
De poules entouré, d’éperviers survolé,
Son esprit connaissant le plaisir et la peine.

Il ne va sur les flots parler à la sirène,
(Ces dames, cependant, savent fort bien parler),
En ses songes nocturnes, il peut la contempler,
Il a de l’affection pour sa figure humaine.

«Vieux coq, accepte à boire, et puis, raconte-moi
Si le chien de la ferme est aimable avec toi,
Si l’on ne te prend point des plumes pour écrire.»

« Rhapsode, je vis bien, tu ne verras ici
Pas le moindre animal se faisant du souci,
Et même, le cochon passe son temps à rire. »

Cochonfucius

Les Allégories du Jardin - Le Griffon


Drapeau de Fedoskinskoe (Oblast de Moscou, Russie)

Allégorie 37 et dernière – Le Griffon


          Ô vous qui savez comprendre les allégories, en voici une qui ne peut manquer de vous être agréable : si vous croyez pouvoir saisir le sens caché de la parabole que je vous présente, écoutez attentivement ces allusions énigmatiques qui renferment mon secret.
          On rapporte qu’un jour les oiseaux s’assemblèrent et qu’ils se dirent les uns aux autres : Nous ne pouvons nous passer d’un roi que nous reconnaissions et par qui nous soyons reconnus : allons donc en chercher un, attachons-nous à lui, et, soumis à ses lois, nous vivons à l’abri de tout mal, sous sa protection semblable à l’ombre d’un arbre au feuillage épais. On nous a dit qu’il y a, dans une des îles de la mer, un oiseau nommé Antamogreb, dont l’autorité s’étend de l’orient à l’occident : pleins de confiance en cet être, volons donc vers lui. Mais la mer est profonde, leur dit-on ; la route est difficile et d’une longueur incalculable : vous avez à franchir des montagnes élevées, à traverser un océan orageux et des flammes dévorantes. Croyez-le, vous ne sauriez parvenir à cette île mystérieuse ; et quand même vous surmonteriez tous les obstacles, la pointe acérée des lances empêche d’approcher de l’objet sacré : restez donc dans vos nids, car votre partage est la faiblesse, et ce puissant monarque n’a pas besoin de vos hommages, comme l’expose ce texte du Coran : Dieu n’a pas besoin des créatures. Le Destin vous avertit d’ailleurs de vous défier de votre ardeur, et Dieu lui-même vous y engage. Cela est vrai, répondirent-ils ; mais les désirs de l’amour ne cessent de nous faire entendre ces mots du Coran : Allez vers Dieu. Ils s’élancèrent donc dans l’air, avec les ailes auxquelles fait allusion ce passage du même livre, Ils pensent à la Création du ciel et de la terre, supportant avec patience la soif brûlante du midi, d’après ces paroles, Celui qui sort de sa maison pour fuir Ür. Ils marchèrent sans se détourner jamais de leur route : car, prenaient-ils à droite, le désespoir venait les glacer ; prenaient-ils à gauche, l’ardeur de la crainte venait les consumer. Tantôt ils s’efforçaient de se devancer mutuellement ; tantôt ils se suivaient simplement l’un l’autre. Les ténèbres d’une nuit obscure, l’anéantissement, les flammes, la défaillance, les flots irrités, l’éloignement, la séparation, les tourmentaient tour-à-tour... lls arrivèrent tous enfin à cette île pour laquelle ils avaient abandonné leur patrie, mais l’un après l’autre, sans plumes, maigres et abattus, tandis qu’ils étaient partis surchargés d’embonpoint.
          Lorsqu’ils furent entrés dans l’île de ce roi, ils y trouvèrent tout ce que l’âme peut désirer, et tout ce que les yeux peuvent espérer de voir. On dit alors à ceux qui aimaient les délices de la table ces mots du Coran, Prenez des aliments sains et légers, en récompense du bien que vous avez fait dans l’autre vie ; à ceux qui avaient du goût pour la parure et pour la toilette, ces mots du même livre, Ils seront revêtus de draps précieux et d’habits moirés, et seront placés en fate les uns des autres ; à ceux pour qui les plaisirs de l’amour avaient le plus d’attraits, Nous les avons unis aux houris célestes. Mais lorsque les contemplatifs s’aperçurent de ce partage : Quoi ! dirent-ils, ici comme sur la terre notre occupation sera de boire et de manger ! Quand donc l’amant pourra-t-il se consacrer entièrement à l’objet de son culte ! quand obtiendra-t-il l’honneur qu’appellent ses vœux brûlants ! Non, il ne mérite pas la moindre considération, celui qui accepte le marché de la dupe. Quant à nous, nous ne voulons que ce roi pour qui nous avons traversé des lieux pierreux, franchi tant d’obstacles divers, et supporté avec patience la soif ardente du midi, en nous rappelant ce passage du Coran : Celui qui sort de sa maison pour fuir... Nous faisons d’ailleurs peu de cas des parures et des autres agréments. Non, encore une fois, par celui qui seul est Dieu, ce n’est que Lui que nous désirons, que lui seul que nous voulons pour nous. Pourquoi donc êtes-vous venus, leur dit alors le roi, et qu’avez-vous apporté ! L’humilité qui convient à tes serviteurs, répondirent-ils ; et certes, nous osons le dire, tu sais mieux que nous-mêmes ce que nous désirons. Retournez-vous-en, leur dit-il. Oui, je suis le roi, que cela vous plaise ou non ; et Dieu n’a pas besoin de vous. Seigneur, répliquèrent-ils, nous savons que tu n’as pas besoin de nous ; mais personne parmi nous ne peut se passer de toi. Tu es l’Être excellent ; et nous sommes dans l’abjection ; tu es le fort, et nous sommes la faiblesse même. Comment pourrions-nous retourner aux lieux d’où nous venons ! nos forces sont épuisées, nos cohortes sont dans un état de maigreur inexprimable, et les traverses auxquelles nous avons été en proie ont anéanti notre existence corporelle.
          Par ma gloire et par ma dignité, dit alors le roi, puisque votre pauvreté volontaire est vraie, et que votre humilité est certaine, il est de mon devoir de vous retirer de votre position malheureuse. Guérissez celui qui est malade ; et venez tous dans ce jardin frais et ombragé, goûter le repos le plus voluptueux. Que celui dont l’espoir s’est attiédi, prenne un breuvage où l’on aura mêlé du gingembre ; que celui, au contraire, qui s’est laissé emporter par la chaleur brûlante du désir, se désaltère dans une coupe où l’on aura mêlé du camphre. Dites à cet amant fidèle qui a marché dans la voie du spiritualisme, Bois à la fontaine nommée Sal-sabil. Amenez à son médecin le malade, puisque sa fièvre amoureuse est véritable ; approchez de sa maîtresse l’amant, puisque sa mort mystique est complète. Alors leur seigneur les combla de bonheur et de joie ; il les abreuva d’une liqueur qui les purifia ; et aussitôt qu’ils en eurent bu, ils furent plongés dans la plus douce ivresse. Ils dansèrent ensuite au son d’airs mélodieux : ils désirèrent de nouveaux plaisirs, et ils les obtinrent ; ils firent diverses demandes, et ils furent toujours exaucés. Ils prirent leur vol avec les ailes de la familiarité, en présence de Gabriel ; et, pour saisir le grain sans tache du chaste amour, ils descendirent dans le lieu le plus agréable, où était le roi le plus puissant. Aussitôt qu’ils y furent arrivés, ils entrèrent en possession du bonheur, et, jetant avidement leurs regards dans ce lieu sacré, ils virent que rien ne cachait plus le visage de leur maîtresse adorée ; que les coupes étaient disposées ; que les amants étaient avec leur divine amie... Ils virent enfin ce que l’oeil n’a jamais vu, et ils entendirent ce que l’oreille n’a jamais entendu.


         Ô mon âme, réjouis-toi à l’heureuse nouvelle que je vais t’apprendre : ta maîtresse chérie reçoit de nouveau tes voeux et tes hommages ; sa tente, asile du mystère, est ouverte à ses amants fidèles. Respire avec volupté les parfums enivrants qui s’exhalent de cette tribu sacrée. Vois l’éclair, avant-coureur de l’union la plus tendre, briller au loin dans la nue. Tu vas vivre dans la situation la plus douce ; toujours auprès de ta bien-aimée, toujours avec l’idole de ton cœur, sans que rien puisse jamais t’en séparer. Les larmes de l’absence ne mouilleront plus tes paupières ; une barrière funeste ne t’éloignera plus de ce seuil béni ; un voile importun ne te cachera plus ces traits radieux : tes yeux, ivres d’amour, contempleront, à tout jamais, la beauté ravissante de cet objet dont une foule d’amants désirent si ardemment la vue, et pour qui tant de cœurs sont consumés d’amour.


Al-Muqaddasi



Blason de la Poméranie (Allemagne)

Le Merle est venu


Armoiries de l'Université nationale d'Uzhgorod (Russie)

                                               Merle épanché soudain venu,
                                               Sur le mur d'en face se poser.
                                               M'a appelée en cette rosée,
                                               De ses ailes qui touchent les nues.

                                               Silence de La Nuit apaisée.
                                               Des mots à peine retenus.
                                               Sa Présence qui est bienvenue
                                               Esquisse les cercles inépuisés.

                                               Mon Merle, tu m'as tant prévenue,
                                               T'appelle en ce champs de nos phrasés
                                               De nos deux mains entrecroisées
                                               En ce doux chant de L'Inconnu.

Océan sans rivage


Lire aussi

         Le Chant du Merle 1            Le Chant du Merle 2                   Le Chant du Merle 3

        Lors que jouera le clairon            Vénération du Merle                  L'Aube du Merle

mercredi 17 janvier 2018

Le soir


Blason de Allauch (Bouches-du-Rhône)

D'azur au croissant renversé d'argent, accompagné en pointe
de trois étoiles du même et en chef de deux vols accostés.

                                   Le soir murmure une douceur telle une fleur,
                                   Qui danse lentement en se balançant.
                                   Les étoiles font vivre le ciel et les couleurs
                                   Sont pareilles à une douce chanson.

                                   Le vent chante et nous parle d'un trésor.
                                   La lune vient de naître et caresse le nid des oiseaux.
                                   La nuit sent si bon qu'il faut se promener,
                                   Puis s'asseoir sur un banc et ne plus bouger.

Océan sans rivage (Écrits de jeunesse)

Héliotropique amour


Blason de Konrad Matthias Jaeger (Canton of Bryniau Tywynnog, Cambridge)

D'or à trois larmes de gueules, chapé de gueules, un soleil de sable issant du chef.

Dardé par le soleil, que suis-je extasié
Par ses rets fractionnés au kaléidoscope.
Devant cet infini je finis en syncope
Qui dans mes souvenirs a mon futur razzié.

Le bonheur éblouit mon cœur euthanasié
Quand ton corps, soleil noir, mes lèvres télescope
Puis, m’enlace un halo qui mon mal-être écope
Dans la mer des regrets, que suis-je rassasié !

Seule l’éternité peut briser cette étreinte.
Cueillant le jour présent, je n’ai plus une crainte,
Incandescente fleur tu me fais resplendir,

Tes pétales d’éther m’embaume du solaire
Arôme de l’aurore où l’amour va grandir
Le temps tu as soumis beauté oraculaire !

Florian