Décryptage et Revalorisation de L'Art de L’Écu, de La Chevalerie et du Haut Langage Poétique en Héraldique. Courtoisie, Discipline, Raffinement de La Conscience, état de Vigilance et Intention d'Unicité en La Fraternité d'un Nouveau Monde !

Est-il un Signe qui n'ait pas sa dimension en Sa Profonde Cohérence, cherchant Le Sens à L'Essence ? Est-il un Signe qui n'ait pas son Écho dans L'Indicible ? Est-il un Seul Langage qui n'ait pas Sa dimension Sacrée et révélateur des Réalités occultées ?

En ce Souffle que se veut presque recueillir le Blason, s'enveloppant, tout en proclamant, fleurissent mille et une Parures, puisant dans L'Êtreté, Noblesse celée et décelée. En ce cœur du Bouclier, mille essences, lors que Le Chevalier vêt L'Armure et L’Épée. Rituel et Quintessence en cet Art de La Connaissance que brandit La Torche enflammée, L’Éclat des Vertus Conquises et que l'on se veut protéger ! Aspiration d'une Renaissance Lumineuse en un Art de Vie oubliée, La Nouvelle Héraldie est à reconquérir cette Beauté que La Chevalerie a porté très Haut, au delà de ce que nous sommes encore en mesure d'imaginer. Le voyage se poursuit...

jeudi 20 juillet 2017

Le pain et le métier de boulanger en héraldique


Ce billet fait suite à ceux précédemment consacrés à la représentation du moulin, du blé et des outils de fauche. De nombreux blasons municipaux ont pris le pain comme meuble. Les corporations de boulangers arborent généralement une pelle à four, portant ou nom des pains symbolisés par des tourteaux.


mercredi 19 juillet 2017

Le Lion et le Corbeau


Blason de Częstochowa (Pologne)

Maître Corbeau, sur la tour d'un château perché,
Tenait en son bec un pain en forme de galette.
Sire Lion, passant par là, ne put s'empêcher
De s'aller jucher sur sa voisine. Ils eurent cette

Conversation : « Cher Ami, n'allez point penser
Que je vous veux parler parce que je m'intéresse
À votre bien ; ce serait là vous offenser
Que de vous faire le coup d'une flatterie traitresse

Qui vous coûta, jadis, pas moins d'un bon fromage.
Je me veux, au contraire, réparer le dommage
Que vous causa, sans vergogne, Maître Renard.

Lors, je vous permets, quand menacera la disette,
De vous servir, jusqu'à emplir votre musette,
En nos celliers royaux sans débourser un liard.

Blason d'Epuisay (Loir-et-Cher)

– Votre Majesté, je ne me suis point trompé
En m'allant réfugier dans vos nobles parages ;
Et quoique ma honte d'alors se soit estompée,
La leçon reçue me sert encore d'éclairage.

Il vaut mieux s'adresser au Bon Dieu qu'à ses saints,
Les faits donnent leur pleine raison à cet adage ;
Se peut-on préjuger d'autrui les noirs desseins ?
Si l'on ne pense à mal, en a-t-on le codage ?

Quelque chemineau a sans doute perdu ce pain ;
Ce n'est donc point le fruit de quelque chapardage
Qui me vaudrait, justement, d'être mis en cage.

Lors, n'étant point le voleur que l'on a dépeint
(Car l'on prétend que j'ai dérobé le fromage),
Je vous viens prier de me rendre mon image.
»

Marc

Prélude au Crépuscule

En hommage à Arthur Rimbaud (1854-1891)

Blason de la famille Cortois, Cortois-Humbert, Cortois de Charnailles

D'argent à une trainée de lierre de sinople posée en fasce
au chef d'or chargé d'une aigle éployée de sable.

                                         Au cœur secret de la nuit tombée,
                                         M'enchante l'éclat du ciel ombragé ;
                                         M'en vais pour t'appeler au loin ;
                                         Si léger est le doux parfum

                                         C'est lui sur le chemin, le blanc ;
                                         Au rayon de L'Azur, lentement ;
                                         S'en va quérir sa douce amante ;
                                         Et moi de Te chercher dans l'attente.

                                         Sous les voûtes, le lierre et le bois fleuri ;
                                         Les myrtes, que de fleurs embaumantes !
                                         Mon regard expire comme un souffle, la nuit.
                                         La mémoire appelle la douleur pleurante.

                                         C'est à lui que va mon hymne ;
                                         Si pauvre et si simple seulement,
                                         Je m'envole vers des sites étrangers ;
                                         Quand la paix s'installe c'est moi qui hais !

                                         D'où il m'enlève le maudit enfer ?
                                         Je singe un murmure sauvage ;
                                         Dans l'exaltation Divine, se purifie
                                         La perle que la dame versa antan.

                                         Patience suprême du passé qui mûrit ;
                                         Vos regards étouffent vos ardeurs ;
                                         Du haut, quand gravit mon cœur ;
                                         Les Temples se dressent, halète la nuit.

                                         Sais-tu quand le vent arriva
                                         Des montagnes, l'Echo se prolongea ?
                                         Perché sur la terrasse, Immortelle
                                         Se sacrifie en une agonie terrifiante.
                                         Quand voulus-tu m'emmener ?
                                         C'est bien toi, je hais dans la tourmente.
                                         Joli oiseau des Jardins de L'Eden,
                                         C'est bien toi, l'amour fugace, trompeur.
                                         Mais à Toi, je T'offre ma chasteté.

                                         La dame a longtemps attendu,
                                         Attend peut-être encore.
                                         Somptueuses richesses qui se voilent ainsi,
                                         Se taisent à l'ombre de la citadelle.

                                         Que m'offres-tu ; cet écrin ? Joyau Rare ?
                                         Sûrement la couronne se fane.
                                         Pieuses prières à toi, mon prince.
                                         C'est le languissant silence du perdu.

                                                    Simple Illusion, l'été soupire
                                                    Tu n'es pas venu
                                                    Je t'ai attendu

                                          C'est le soir secret qu'exhale son ivresse ;
                                          En ce souffle qui caresse tel un murmure ;
                                          Qui me fait la cour et me berce en ce délice ;
                                          Les grillons et les cigales frétillent pour sûr...

                                          Ce sont çà et là des images et son souvenir
                                          Ce qui est, et ce qui n'est plus, le vide effrayant
                                          Qui fascine et effraie à la fois ;
                                          Comme le silence du coupable larron ;
                                          Les sentiments n'ont pas lieu d'être ;
                                          Toujours ce besoin, cette nécessité ;
                                          Sauvegarde du monde conquis.

                                          Que t'importe que le sable crispe sous mes pas
                                          Que mes dents tremblent d'effroi !
                                          Si tu n'es plus, la vie est encore.
                                          Rugissante la plainte du dehors !

                                          C'est ainsi que les marches m'appellent ;
                                          C'est en haut que somnolent L'Olivier et Le Pin ;
                                          Le ciel éclate en chaudes larmes ;
                                          Mes mains sont sous mon cœur, alanguies.

                                          Je baise le sol d'où je suis née ;
                                          Il brûle ardent à mes lèvres asséchées ;
                                          Avide et cuisante, la plaie béate !
                                          C'est la boue et mon sang qui s'en échappent.

                                          Près de moi, je T'ai voulu ;
                                          Que Tu m'enseignasses Ton Souffle ;
                                          En vain je suis restée,
                                          Puisque ce silence est absolu.

                                          Mon cœur en ritournelle
                                          Telle l'errance du vagabond,
                                          Je ne sais où je vais.
                                          Ce que je suis est une plainte.

                                          M’alanguis au seuil du départ.
                                          Je renonce à tant de projets !
                                          Si ce cœur bat toujours,
                                          Que sait-on de ce balbutiement ?

                                          Ondine mutine, le fieffé fou !
                                          Me berce d'une comptine et pleure d'émoi ;
                                          Que veut cet accent douloureux,
                                          Sinon m'atteindre et me ravir à eux ?

                                          Je L'aime ! Que le ciel entende !
                                          Si je me tais, c'est juste ce secret.
                                          Mais Adieu Cérémonie !
                                          Aux aguets, yeux en pleur !

                                          Je vais sommeiller, Ô Puissant !
                                          Si Tu veux me vaincre, Tu le sais !
                                          Je tourne en rond en ce manège.
                                          Et c'est ainsi que va la chanson !

                                          Rivières et monts qui déclinent.
                                          Je m'attends à l'écho du jour.
                                          Or, il n'est que cendre et grisaille.
                                          Que mon Dieu m'entende !

                                          Au bord du réveil, les yeux fleurissent.
                                          Les rayons ardents brûlent déjà.
                                          Sur les murs, des papillons multicolores.
                                          Les belles images s'évanouissent.
                                          Entends au loin, le flux s'en va !
                                          Les flamboyants reproches que mon cœur sait encore !

                                          Tu as vu la mer débordante de joie,
                                          Grand prince auréolé de lumière.
                                          Ô soleil des pailles en or s'envolent
                                          Ô Ardent mon Ardennais, salut !
                                          Au soupir londonien,
                                          Plait-il âme furtive et sauvage,
                                          A te joindre à mon paysage
                                          A qui la rime te séduit, s'enfuit.
                                          La tangente à l'horizon se signe.
                                          Adieu, je pense à toi toujours...

Océan sans rivage


Blason d'Amiens (Somme, Picardie)

De gueules au lierre d'argent, au chef d'azur semé de fleurs de lis d'or.

La faux, la faucille et la serpe en héraldique



Bien que son existence soit avérée en Gaule depuis au-moins le IIIe siècle avant J.C, la faux ne se substituera à la faucille qu'au cours du XVIe siècle. Mais la faucille restera en usage jusqu'à nos jours. Elle est en effet un des outils agraires les plus anciens toujours d'actualité puisqu'elle continue largement d'être fabriquée et commercialisée. Si jadis elle servait surtout à faucher les foins et les blés, elle n'est plus employée aujourd'hui qu'à débroussailler les endroits difficilement accessibles aux tondeuses ou aux faucheuses à moteur. La faucille ancienne, de dimensions plus grandes, était appelée volant.

Le blé en héraldique



Un sujet en appelle au autre et ainsi de suite. En effet, le thème du moulin se raccorde naturellement à celui du blé et donc aussi à l'agriculture, aux travaux des champs, aux outils agraires, aux animaux de trait en particulier et de la ferme en général. Le blé c'est aussi le pain et donc les métiers de boulanger et de pâtissier. Ainsi, c'est tout le cycle du pain que nous sommes amenés à parcourir par l'entremise de l'héraldique, un sujet déjà traité sur Herald Dick Magazine et dont le lien est donné plus bas.

Le moulin en héraldique



La France est un pays éminemment agricole en général et céréalier en particulier. Il n'est donc pas étonnant que le moulin y tienne une place importante et l'héraldique n'est pas la dernière à en témoigner.

L'Union


Blason de Theizé (Rhône)

Il est une réponse, la seule possible.
Elle s'est cherchée en cette évidente Nécessité.
Il est une Destinée qui est ténacité.
Comme en Elle est La Saveur de l'ostensible !

Son goût s'unifie aux senteurs de La Bien-Aimée.
Chèvrefeuille, bougainvillier, allées embaumées
Des vignes suspendues à l'ombre des tonnelles.
Resplendissance des douces clameurs atemporelles.

De s'émanciper en L’Éclosion des saveurs,
De tenir en sa main les effets de La Splendeur,
Voici les affinités et ceux qui se ressemblent !

En cette danse, les chants nuptiaux sont effervescences.
Des victoires qui sont aussi L'Arborescence !
C'est ainsi que s'élève si haut notre Temple !



Blason de La-Bâtie-Rolland (Drôme)

L'homme est en Son Devenir Le Ciel et La Terre.
Il est en cette aspiration celui qui devient Son Désir.
L’Étreinte est ce qui ceint La Mariée de Son Mystère.
Une couronne sur ses tresses est un long soupir.

De son individuation, il est un pont.
C'est en le franchissant que l'on renonce au doute.
Il est Ton Souffle Ardent et Ton unique Nom.
Il est aussi La soudaineté qui déroute.

Le vent se joue des insouciances, de l'ignorance.
Volent en éclat depuis Les imprécations,
Toutes les supercheries et L'Illusion.

Ô telle est La véritable Conquête de La Présence !
Sur les ailes du Temps le cœur est en fusion.
La paume est grande ouverte qui cherche L'union.

Océan sans rivage

mardi 18 juillet 2017

Passion mystique


Blason de Lüdingworth (Basse-Saxe, Allemagne)

                                  Quand le fruit âcre vint caresser mes lèvres,
                                  Alors que le ciel déambulait dans la gaîté souveraine,
                                  La terre s'éventra dans une orgie de sang
                                  Que la profondeur primitive exalta en un soupir.

                                  Le bleu lotus de l'Orient fit couronner le rite,
                                  Sur les rives effleura la pensée Suprême;
                                  La colère de l'argile se mêla à l'aurore;
                                  Pourpre et royale, le miracle de la naissance.

                                  Le corps se froisse sous le voile fébrile;
                                  L'essence que l'on préleva des cieux en tourmente
                                  Acheva la volonté du miracle de donner la sagesse,
                                  Mais quel démon vint déformer le message Divin ?

                                  Ni le temps ni l'esprit en effervescence ne vinrent
                                  À l'aide des blessés dont le souffle est à l'agonie;
                                  Chacun gît là, dans une mer de sauvagerie accablante
                                  Pour que la perdition soit, total le cri de la mort.

                                  Comme Babylone surmonta la déchéance, le tremblement
                                  Des passions déchaînées que la cithare accompagnait
                                  Dans le glissement des danses endiablées, l'oubli
                                  Sur les roches pâles où miroitent les étoiles.

                                  Saintes prières dans l'écho de la montagne,
                                  Mon prophète balbutie un filet de soleil ardent
                                  Qu'illumine la grâce de l'espoir, la peine de ne savoir;
                                  L'incantation appelle les Écritures, notre mémoire.

                                  Sous la voûte céleste, entends le repos de la brise;
                                  Le silence de l'écume s'étend au ciel que refoulent
                                  Les eaux, quel miroir dont la conscience ajoute
                                  Le temps, frissonne tel un oiseau qui vient de naître.

                                  Ce n'est plus la paix notre patrie, mais le crime
                                  Qu'accompagne l'éclat des lances et des boucliers,
                                  Où le rêve Mythologique finit au creux des vagues,
                                  Aventures des soirs monotones jusqu'à l'aube.

                                  La cité des Dieux est l'exploit de l'inconnu;
                                  Amène le vent qui souffle et trouble la raison,
                                  Dans la coupe que Galaad chercha baigne la passion
                                  Qui s'éleva d'un sol pourri vers la sublimation.

Océan sans rivage

Point de vue


Blason de Bon-Adrien Jeannot de Moncey, duc de Conegliano (1754-1842)

L'homme grossier et trivial, dans sa fate ignorance,
Considère, amusé, le poète comme un doux
Rêveur s'embarrassant de propos un peu rances,
Une curiosité désuète, un gentil fou.

Le sot ignore le pouvoir des mots qui voyagent
À travers l'espace, au-delà du temps présent,
N'ayant des siens, fort comptés, qu'un pauvre usage,
Confondant ce qu'il pense avec ce qu'il ressent.

L'esprit brut est aussi opaque à la nuance
Que celui, juste dégrossi, est sous l'influence
Des conventions d'un monde instable et changeant.

Leur échappent l'allégorie et la métaphore,
Ne voyant qu'un pot de terre au lieu d'une amphore
Et un tourne-broche au lieu d'une épée d'argent.

Justine

Un jardin


Blason de Bad Schwalbach (Hesse, Allemagne)

Au-dessus du jardin dansent les hirondelles,
Leurs enfants sont logés en haut de la maison.
Au jardin la chaleur ternit les floraisons,
Mais ces couleurs d’été, je les trouve assez belles.

Fleur qui à son destin ne semble pas fidèle
Transforme son aspect, non sans une raison,
Elle suit simplement le cours de la saison ;
L’an prochain nous aurons beaucoup de fleurs nouvelles.

Je reste sur un banc dans la fraîcheur du soir,
D’avoir un peu de pluie je caresse l’espoir.
L’hirondelle, en son vol, semble appeler l’orage.

Très jeune, j’adorais ce jardin merveilleux
Et je l’aime toujours, alors que je suis vieux
Et que j’y ai laissé pousser l’herbe sauvage.

Cochonfucius

Kali Yuga de L'Âme (2)


Blason d'Aussillon (Tarn, Occitanie)

D'or aux deux barres de sable accompagnées de six coqs du même
ordonnés trois en chef, deux entre les barres et un en pointe.

Se confiner en une seule perception limitée
Est propre à ce siècle qui se proclame Richesse.
Il n'est pourtant pas de plus grande frivolité,
Ni de pauvreté en ce qui se professe.

Maître Coq, ce qui règne est vide de Profondeur.
Plus se déploie la Quantité, cette multitude,
Illusion du nombre, mieux se révèle le leurre.
La masse est une véritable turpitude.

Phénomène qui se veut tromper Le Singulier,
Est à jeter le trouble sur toutes les consciences.
Le voile de Lilith est une terrible imposture.

Elle est cette Kali qui masque La Réalité.
Notre Âme a vocation de voyager en La Présence.
L'Un nous rappelle à notre réelle Investiture.



En ces nuits profondes, il est des veillées fécondes.
Jamais ne s'altère ce qui est de Sa Clarté pleine.
C'est Kali, elle-même qui détruit ses propres ténèbres !

Océan sans rivage

Eaux douces


Blason de Rottenschwil (Argovie, Suisse)

Les eaux douces paraissent calmes, ce n'est qu'une apparence
Car il n'est pas un lieu qui n'ait son prédateur.
Cette rivière semble tranquille de sa transparence ?
En elle se tapit un redoutable chasseur.

À l'affût, bien caché dans les herbes aquatiques,
Le brochet attend patiemment que passe sa proie ;
C'est un anticipateur* et un pragmatique ;
Ses attaques sont si fulgurantes qu'elles sèment l'effroi.

Il faut, dit l'adage, se méfier de l'eau qui dort.
Sait-on ce que le destin réserve comme sort ?
Celui qui marche doit garder sa vigilance

Car en l'impermanence, rien, jamais, n'est acquis ;
D'une évidence, ce réalisme est requis ;
La prévenance nous évite bien des pénitences.

Marc

Blason de Grube (Brandebourg, Allemagne)

* Gilles Wurtz, Chamanisme celtique : Animaux de pouvoir sauvages et mythiques de nos terres, Véga 2014

lundi 17 juillet 2017

Paroles de castor


Blason des familles Belanger (Nouvelle-France)

D'azur au chevron d'or chargé de trois de lys du champ,
une île de sinople en abîme chargée d'un castor au naturel.

Après mûre réflexion, Le voici sur la rive.
C'est alors qu'Il rencontre notre ami castor.
Celui-ci n'est pas moins pensif. Quoi qu'il arrive,
Il sait, au lendemain, donner son plein accord.

Noble Roi qui songe aux heures qui passent,
Est ému par un si noble et vaillant animal.
Agencement et ordre, chez lui, sont efficaces.
- Y perçois-je ce réconfort des plus familial ?

Notre bête s'entoure des règles de sécurité.
Qu'une telle structure soit, est à nous interpeller.
Pourtant, une simple rafale et tout peut s'envoler.

- Majesté, je suis enclin à tout mesurer,
Ne le nie. J'apprends à ne point m'y attacher.
Or, Votre Présence est d'avantage à m'honorer.

Océan sans rivage

Blason de Saint-Laurent-de-Brèvedent (Seine-Maritime, Normandie)

D'or à la bande ondée d'azur chargée de deux annelets d'or remplis à l'intérieur du 1er d'un lion posé en barre et du 2e d'une aigle posée en barre, le tout d'or, accompagnée en chef d'un arbre de sinople et en pointe d'un castor de tenné.

La cigogne et les hirondelles


Blason de Gablenz (Saxe, Allemagne)

Dame Cigogne, en ce jour d'un été ardent,
Arpente le pré fleuri de ses hautes pattes.
Tout à son affaire et lors partout regardant,
N'en admire pas moins les hirondelles, s'en épate

Et se dit en elle-même : « Oh ! comme il me plairait
De voler ainsi, en la plus folle des ivresses !
Dessiner dans le ciel des entrelacs siérait
À ma nature exaltée, prompte à l'allégresse.

Las ! mon corps ne m'autorise pas de telles prouesses
Et je le dois accepter tel que Dieu l'a fait.
L'on fait fausse route a être toujours insatisfait.

Demeurer à sa place me semble bonne sagesse ;
L'envie, comme l'avarice, n'amène que du chagrin.*
L'on a déjà bien assez à mener son train.
»

Marc


* L'envie et l'avarice traînent à leur suite une multitude de chagrins ; garde-toi de vivre dans leur société. (Proverbes et pensées arabes, 1838)

                                               Voir aussi     L'Oie et la Cigogne
                                                                   Dame Cigogne
                                                                   Cigogne bicéphale

dimanche 16 juillet 2017

Visage de mon visage


Blason de Stockholm (Suède)


Il est un filet de ruisseau qui s’est exclamé.
Il est une Roche cristalline qui s’est écriée : « Oh quelle Beauté ! »
Il est des scintillements qui ont dansé depuis le miroir de L’Azuré, t’en souviens-tu ?
Les Brassées de Nues formaient les mondes scripturaux.
Ô Par-Delà ! Ô Par-Delà !
Tel est Ton Nom !
J’y marchais et Te voilà !
Le Ciel s’est élargi de Ton Visage !
Mon cœur en est Le Temple.
Visage de mon visage !
L’Univers entier est plein de Toi !
Fusion en ce face à face.
Voici que les yeux rayonnent des Contemplations de Ton Auguste Présence !
Si les mondes successifs s’évanouissent, il en est mille autres qui surgissent.
Entre en ce Silence !
Qu'est-ce donc que cela qui est subtil et qui parle en son Bruissement ?
Des multitudes de vibrations sont à se concentrer.
Concentre-toi !
Oh ! concentre-toi !
Quelle Beauté !
Jaillissement en cette soudaineté !
Alignement et ondoiement.
Silence !
La pupille observe en Son Observance.
C’est en ce Par-Delà, qu’Il est Lui !
Visage de mon visage !
Douceur de L’Ineffable et du murmurable !
Aucune espèce de retenue face à cette Libération.
Il est à rire des rires de La Seule Victoire !
Quelle est donc cette Joie ?
Celle du Temps qui se concentre !
Quel est donc ce Temps ?
L’Amour en La Sublimité des Réalités du Voyage !
Ô Voyage !
Ô Par-Delà ! Ô Par-Delà !
La voile touche Le Flanc du Tout Possible et s’offre au Vent du Large !
Des Drapés de Ta Principauté, et des contrées de Ton Effluve.

Océan sans rivage

Voir aussi sur La profondeur

Sagesse de la Belette


Blason de Sainte-Agathe-en-Donzy (Loire)

Dame Belette, qui s'en court les greniers et les granges
À la poursuite d'une proie dont elle fera butin,
N'est point de celles que l'on voue d'ordinaire aux anges,
Quoiqu'on ne lui sache pas le caractère hutin.

Les petits doivent survivre souvent par la ruse,
C'est par nécessité qu'ils usent de duperie.
L'on prend le juste nécessaire et point n'en abuse ;
L'on a de la retenue, sans fausse pruderie.

La tradition rend justice à la damoiselle
En faisant d'elle un symbole d'ingéniosité ;
L'animal s'en honore mais sans préciosité.

Par ailleurs, il n'est point besoin qu'on la muselle
Car on lui prête comme qualité la discrétion
Et même une certaine sagesse, mais sans digression.

Marc
____

Tranché: au 1er d’azur à l’anille d’or, au 2e de sinople à la belette au naturel passant dans le sens de la bande; à la bande d’or chargée de trois flammes de gueules, brochant sur la partition.

samedi 15 juillet 2017

Mon secret


Blason de Belmont-sur-Lausanne (Canton de Vaud, Suisse)

De gueules au mont à trois coupeaux d’or,
au chef d’argent chargé de trois hannetons au naturel.

                                         Dans mon coffre aux souvenirs
                                         Il y a les hannetons et les violons
                                         Les douces fougères caressant nos jambes
                                         Les têtards que nous attrapions
                                         Les boutons de rose embaumant
                                         Les cerises sauvages
                                         Les papillons après lesquels nous courions
                                         Les roulades et les rires dans les herbes
                                         La moiteur de l'été sur les vélos malmenés
                                         Puis l'automne avec ses odeurs et ses couleurs
                                         Les suaves soirées sur les trottoirs, à jouer
                                         L'écho de nos voix dans la cité
                                         A la nuit tombée
                                         Et tout en haut dans l'arbre
                                         Mon plus grand secret
                                         envolé

Océan sans rivage

A Place of Mystery / Un lieu de mystère


Blason de Duret de Chevry (Ile-de-France)

D'azur, au souci d'or, accompagné de trois diamants
taillés en losange d'argent, chatonnés d'or.

                                                          Harebell
                                                          love-in-a-mist
                                                          wild marigold
                                                          incredible cosmos.

                                                          It’s a mess of flowers,
                                                          a colorful animated painting
                                                          loved by the butterflies,
                                                          a Place of Mystery.

                                                          There, the soul of a little bird
                                                          can get some rest,
                                                          and the sky never ends
                                                          above its grave.


                                                                       ~

                                                          Campanule
                                                          nigelle
                                                          souci des champs
                                                          incroyable cosmos.

                                                          C’est un fouillis de fleurs,
                                                          un vivant tableau de couleurs
                                                          aimé des papillons,
                                                          un lieu de Mystère.

                                                          Là, l’âme d’un petit oiseau
                                                          trouve quelque repos,
                                                          et le ciel est immense
                                                          au dessus de sa tombe.